Le 1er bonnet anti-retournement d’oreilles

Comment réagir face aux moqueries ?

On se moque de votre enfant

« Tu ressembles à Spock ! », « On dirait Dumbo l’éléphant ! » …

L’une des premières règles est de ne pas banaliser ces moqueries probablement non évitables, mais de ne pas les dramatiser non plus. Si votre enfant vous en fait part, c’est qu’il s’en trouve affecté ; il est donc bien entendu nécessaire de le soutenir et de conserver une écoute bienveillante. Le simple fait qu’il vous en parle et que vous soyez réceptif et compatissant l’aidera à se sentir mieux car il se sera déchargé d’un poids : celui de l’injustice, entre autres.

En effet, quoi de plus injuste que de devoir subir des brimades liées à son apparence physique ?

A tout problème existe sa solution

Vous pouvez dans un premier temps encourager votre enfant à exprimer ce qu’il ressent par rapport aux critiques et lui demander quelle importance il leur accorde. Parfois, il ne vit pas mal de « ne pas être comme ses camarades de classe » mais ses oreilles proéminentes entrainent des regards, des remarques désobligeantes, ce qui, à la longue, finissent par le faire douter de son image.

Tout d’abord, vous pouvez expliquer à votre enfant qu’il n’est pas le seul à subir des moqueries, qu’ il y sera peut-être confronté toute sa vie, sur ce point ou sur un autre et que tout le monde passe par là avant de finir par apprendre à se préserver. Trouvez des exemples de personnes autour de lui qui ont une vie heureuse en dépit des moqueries afin qu’il ne se sente pas isolé et qu’il conçoive un avenir meilleur. Une des armes essentielle que vous pouvez lui enseigner pour ne pas se laisser détruire est d’avoir la ferme volonté d’avancer quoi qu’il en soit et de faire le choix de ne pas ignorer les critiques.

En effet, nombre de parents font souvent l’erreur de conseiller à leur enfant de répondre aux moqueries par de l’indifférence mais les ignorer n’est pas une solution. Cela ne résout pas le problème et n’est souvent pas suffisant pour décourager les détracteurs.

Expliquez-lui que la violence n’est néanmoins pas la panacée non plus et qu’elle peut avoir de fâcheuses conséquences.

L’humour, une bonne alternative à la violence verbale

En revanche, conseillez-lui plutôt d’utiliser l’humour pour se défendre; ce qui lui sera bien plus profitable.L’humour est efficace parce qu’il donne une bonne image de soi en dédramatisant et véhicule l’idée de confiance en soi. En faisant face aux sarcasmes calmement, votre enfant renforcera sa propre estime qui se révèlera alors aux yeux des autres.

Enfin, après avoir reconnu au préalable que le fait d’être différent peut faire souffrir, pourquoi ne pas parler à votre enfant du « droit à la différence » et du fait que l’on peut s’aimer et être aimé en étant justement différent?

Mais la meilleure solution reste probablement celle d’aider votre enfant à trouver lui-même sa solution afin qu’il agisse par lui-même. Il en tirera ainsi le bénéfice de l’autonomie et développera sa force et solidité mentales.